Encadré par Sophie Lannefranque

Publié le 23 mai 2019 Mis à jour le 9 octobre 2019

Ecritures multiples, associées, à dimension collective, au service de personnes isolées

Cet atelier consiste à convier un groupe d’étudiants à rencontrer des personnes isolées dans leurs lieux de vie (malades, réfugiés, précaires, résidents en maison de retraite...)
Par le biais de questionnaires qu’ils ont élaboré, les étudiants récoltent des paroles, souvenirs, réflexions, utopies, émotions…

Les jeunes auteurs et autrices ont alors pour « mission littéraire » de réaliser, à partir de cette matière textuelle et des souhaits respectifs des personnes rencontrées, des textes aux formes littéraires multiples (journal, conte, récit, théâtre, poésie…). Ceux-ci peuvent aussi s’écrire à plusieurs, selon les désirs de chacun.

Ces textes sont lus et remis aux personnes concernées par les étudiants eux-mêmes, au sein de la structure d’accueil, lors d’un rendez-vous de lecture et de remise en mains propres des cadeaux littéraires réalisés.

Le projet « Tous pour un » a pour objectif de permettre à des personnes isolées de s’exprimer et d’être entendues, de voir leurs imaginaires ou vies réelles valorisés puis retransmis à ces mêmes personnes par des étudiants sensibles à une autre façon de concevoir l’écriture et soucieux d’aller, avec elle, concrètement, vers les autres. L’idée d’offrir est au centre du projet. Il est donc essentiel pour les participants de tenter de comprendre les attentes de l’autre afin d’y répondre au mieux, par le présent littéraire le plus approprié.

Au cours du processus, nous explorons :
  • Des rituels et jeux littéraires (écritures automatiques, esquisses, haïkus, écritures avec objets, intentions, articles de presse, matière photographique…)
  • Des explorations à partir d’un mot et de ses résonances multiples.
  • Des écritures « en relation » (interviews, reportages, lettres, écritures à plusieurs…)
L’atelier aborde différents styles et genres littéraires (poésie, récit, dialogue, monologue, discours, conte…) afin de permettre à chacun de choisir la ou les formes qui lui conviennent. Cette exploration permet de court-circuiter les habitudes d’écriture de chacun pour l’amener à emprunter un itinéraire bis, parfois inconnu de lui-même.
A l’aide de matériaux (littéraires ou non) et d’une bonne dose de hasard, les participants curieux et intrépides font l’expérience de tout ce qui peut déclencher de l’écrit.
Ils constituent ainsi des « réserves » d’écriture où ils puisent afin d’en extraire leur « pâte », à travailler, transformer.

En 2019, l’atelier souhaite continuer ses échanges avec l’hôpital Sainte Marie, sous la forme d’écriture de chansons avec des patients, mises en musique et chantées par la chorale du lieu.
Une collaboration est également prévue avec des étudiant(e)s réfugié(e)s et exilé(e)s, dans le but d’être passeurs de leurs récits de vie ou co-créateurs de récits de fiction, selon leurs envies. Les participants à l’atelier sont invités à choisir le projet dans lequel ils souhaitent s’inscrire.
L’atelier propose également aux aventuriers écrivains de réaliser des expérimentations d’écritures dans l’espace public. Après déambulations, rencontres, observations, quelques textes polymorphes seront imaginés, créés, distribués. Cette expérience sera celle d’une écriture vivante et interactive, la tentative salutaire d’un mouvement, par l’art, vers les autres.

Tous les modes de coopérations dans le travail d’écriture sont encouragés afin de développer le partage de richesses, le fonctionnement collectif, la confiance et la bienveillance au sein du groupe.

Cet atelier n’est pas une fin en soi. Il se veut un début, déclencheur de questions et de mouvement, intrépide et joyeux.