Théâtre et numérique

Encadré par Fardin Mortazavi et l'équipe artistique de Cyberombre : Laure Bonnet, Daphnélia Mortazavi, Christian Remer

Publié le 23 juillet 2020 Mis à jour le 4 octobre 2022

Ce stage utilise le regard distancié du théâtre sur le pouvoir des nouvelles technologies

« L’économie de l’attention […] encrasse ces filtres subtils sans lesquels il n’est pas de discrimination saine entre les liens qui libèrent et ceux qui aliènent ». Alain Damasio, Les furtifs

Ce stage met en vis-à-vis et en tension deux réalités de nos vies : une réalité physique, lente, matérielle, bruyante, incertaine et complexe et une réalité numérique rapide, immatérielle, silencieuse, affirmée et synthétique. Par le théâtre, les séances du stage - dans le cadre de la résidence de la compagnie - ouvrent un espace de réflexion pour saisir ce qui nous saisit : le numérique.
Les participants rencontrent à la fois les artistes au cours du spectacle « On dirait que kékchose se passe, .... » et sont initiés à l’écriture scénique et familiarisés à ce qui constitue leur langage artistique : objets, ombre, encre, musique.
Les récits récoltés et retranscrits sont portés à la scène, à la recherche de la juste relation des êtres et des objets du quotidien avec le corps.
Une performance scénique publique par les participants clôture le stage.

Proposée par Cie Maison Persane en partenariat avec Eur-ArTeC et Cemti (Paris 8). En collaboration avec les étudiants de Licence d’Arts du Spectacle de l’Université Clermont Auvergne, encadrés par Yassaman Khajehi et l'Atelier Recherche-Création du CELIS (#recherche-création Arts de la scène 2023).
 

Intervenants

Fardin Mortazarvi, Artiste-Doctorant en communication à l’Université Paris 8, labo CEMTI et Ingénieur de recherche à Eur-ArTeC, il est également musicien et metteur en scène. Auparavant, Il a travaillé durant 17 ans comme ingénieur en industrie agro-alimentaire : langage homme/machine, processus industriels, algorithmes, CMS et le Web-2.0. Aujourd’hui, avec son projet recherche-création « CyberOmbre : Le théâtre dans les cavernes numériques », il ouvre une brèche de réflexivité sur les usages numériques par les jeunes. Il est auteur du chapitre, « CyberOmbre, repenser les nouveaux médias par le médium théâtre » dans Éducation critique aux médias et à l’information en contexte numérique.

Daphnélia Mortazavi, comédienne et éducatrice. Formée au Conservatoire à rayonnement régional de Poitiers, elle rejoint le Collectif Maison Persane en 2010 et participe au travail d’écriture et de mise en scène de plusieurs spectacles. Elle intègre le projet d’éducation critique aux médias par résidence de théâtre d’ombre. Elle se forme aux techniques de la marionnette à gaine auprès de Christian Remer puis avec Eric Cornette (Cie La Belle Etoile). En 2016, elle obtient le diplôme de Moniteur-Educateur de l’IRTS de Poitiers.

Christian Remer, acteur, danseur, marionnettiste et metteur en scène. Il est formé à l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Strasbourg, au Centre Universitaire International de Recherches Théâtrales de Nancy et à l’Atelier de danse Mudra, École Chorégraphique de Bruxelles.